LA PECHE

La pêche en mer : le port de pêche du Grau du Roi est le 3° port de Méditerranée en tonnage après Sète et Marseille. Une trentaine de chalutiers pêche avec des filets pélagiques et ne sortent en principe en mer que durant la journée. Environ 4000 T de poissons sont pêchées par an.
Les petits métiers de la pêche : près de 110 pêcheurs exploitent les gisements de tellines de la bande côtière gardoise. Ce petit coquillage est caractéristique des sables propres et bien calibrés, et des eaux de bonne qualité.
Au cours de la période de poste (automne, hiver) les espèces migrantes (muges, daurades, loups) et l’anguille argentée quittent les lagunes. La tactique des pêcheurs consiste à installer des barrages sur le trajet de migration des poissons.


LA SALICULTURE

La vocation salinière d’Aigues Mortes remonte à l’Antiquité. Peccius, ingénieur romain, a été chargé, au début de l’ère chrétienne, d’y organiser la production du sel. A la fin du XVIIème siècle, dix sept petits salins étaient exploités dans l’enclos de Peccais. Ils appartenaient à divers propriétaires qui, après les graves inondations de 1842, s’associèrent à un négociant montpelliérain pour fonder, en 1856, la Compagnie des salins du Midi, aujourd’hui connue sous le nom de SALINS.

L’exploitation salinière d’Aigues Mortes est implantée sur deux départements : le Gard et les Bouches du Rhône et sur quatre communes : Aigues Mortes, Le Grau du Roi, Saint Laurent d’Aigouze et Les Saintes maries de la mer. Le salin s’étend sur une longueur de 18 km du nord au sud, et sur une largeur de 13,5 km d’est en ouest pour une superficie de 10 800 hectares.
La production annuelle de sel est en moyenne de 500 000 tonnes, soit 15 000 tonnes de sel par jour pendant la récolte.